Plaats reactie

genre grammatical: féminins curieux

predigny
predigny
Berichten: 1287
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
J'ai vu assez souvent cette féminisation du nom de famille ; d'ailleurs j'en parlais dans le sujet des "Laboureuses". J'ai vu aussi des noms traduit en patois local : un NEVEU devenait NEBOUT qui est la traduction de neveu en langue d'Oc. Aussi des BUISSON qui deviennent BOUCHON ou BOUSCH. Dans l'est, des ETIENNE deviennent des STEFFEN ou STEFF, etc. Toujours assez troublant quand on veux assurer une filiation.
Logiciel Généatique 2020 "Prestige" sur Vista 32 bits.

vilaroja66
vilaroja66
Berichten: 554
Stamboom : Grafisch
Stamboom bekijken
Bonjour,
Coutume catalane et espagnole mettre une terminaison en "a" par exemple mais également pour ma part jusqu'à faire apparaître le nom de la mère plus prestigieux paraît-il
Farfouiller aussi pas mal avant de voir qu'une Caule / Caulicas / Cauricas était une seule et même personne.

jmff2
jmff2
Berichten: 3796
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
"car dans le passé généalogique (au moins alsacien)... les femmes mariées travaillaient principalement à la maison et au jardin."


Ça c'est l'image d'Epinal, soigneusement entretenue au fil de nos siècles modernes ! Les femmes travaillaient, et pas seulement à changer les couches où à faire pousser les radis. Tant qu'elles en avaient la force et la possibilité, elles travaillaient aux champs, comme les hommes. Elles étaient un élément important dans l'économie familiale. On les a juste oubliées dans le récit de notre histoire sociale.
Laatst gewijzigd door jmff2 op 17 september 2019, 12:11, 1 keer totaal gewijzigd.
Cordialement,

MF
----------------------------------------------------------
Arrêtez-vous un instant.
Ecoutez la marche du temps.
Charles Trénet
-----------------------------------------------------
Windows10, Chrome, Geneatique 2020

md8491
md8491
Berichten: 3483
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
Bonjour MF,

Heu, je ne sais par quel miracle, mais on me prête un propos que je n'ai pas tenu ! :D , mais alors pas du tout, parce que je suis de votre avis.
Est-ce possible de modifier votre post ?

Cordialement.
M

jmff2
jmff2
Berichten: 3796
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
@md8491 : c'est fait. je me suis emmêlée les pieds dans les "quote". :oops:
Cordialement,

MF
----------------------------------------------------------
Arrêtez-vous un instant.
Ecoutez la marche du temps.
Charles Trénet
-----------------------------------------------------
Windows10, Chrome, Geneatique 2020

md8491
md8491
Berichten: 3483
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
Merci :)

md8491
md8491
Berichten: 3483
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
Un exemple.
Capturer.JPG

dbassanobarat
female
Berichten: 1454
Stamboom : Grafisch
Stamboom bekijken
Ce que je signalais c'est bien un nom de famille mis au féminin dans les actes pour les filles à l'exclusion des hommes.

Je vais essayer de vous joindre l'acte de baptême catholique d'Anne Gamondeze fille de Jean Gamondes et de Catherine Michelle.
Catherine Michelle est née de la RPR ,nous avons son contrat de mariage avec Jean Gamondes elle est fille de François Michel et Isabelle Reboule (Reboul), le frère de Catherine Michelle est Hélie Michel (le parrain de la petite Anne) lui aussi né protestant marié une première fois à la RPR et la seconde à l'église catholique et le nom de sa mère Isabelle Reboul est au féminin Reboule sur les actes qui apparaissent.
Ceci est à Aizac (canton d'Antraigues) ou à Vals les bains en Ardèche actuelle (Vivarais)
Cordialement.
Bijlagen
naissancegamondesanne1687.jpg

mbicaismuller
mbicaismuller
Berichten: 12754
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
dbassanobarat schreef:
17 september 2019, 13:06
Ce que je signalais c'est bien un nom de famille mis au féminin dans les actes pour les filles à l'exclusion des hommes.

Je vais essayer de vous joindre l'acte de baptême catholique d'Anne Gamondeze fille de Jean Gamondes et de Catherine Michelle.
Catherine Michelle est née de la RPR ,nous avons son contrat de mariage avec Jean Gamondes elle est fille de François Michel et Isabelle Reboule (Reboul), le frère de Catherine Michelle est Hélie Michel (le parrain de la petite Anne) lui aussi né protestant marié une première fois à la RPR et la seconde à l'église catholique et le nom de sa mère Isabelle Reboul est au féminin Reboule sur les actes qui apparaissent.
Ceci est à Aizac (canton d'Antraigues) ou à Vals les bains en Ardèche actuelle (Vivarais)
Cordialement.
Rien que de très logique quand on est habitué à rencontrer la féminisation.

Il n'empêche que, lorsque je rencontre des BICAISSE, ça me fait " tout drôle " :D

Cordialement
Marie Louise
Mon blog : Mes petites histoires de Marseille et de Provence
http://provenceetmoi.canalblog.com/

lyonnais92
male
Berichten: 2627
Stamboom : Grafisch
Stamboom bekijken
Bonjour,
jmff2 schreef:
17 september 2019, 12:06
"car dans le passé généalogique (au moins alsacien)... les femmes mariées travaillaient principalement à la maison et au jardin."


Ça c'est l'image d'Epinal, soigneusement entretenue au fil de nos siècles modernes ! Les femmes travaillaient, et pas seulement à changer les couches où à faire pousser les radis. Tant qu'elles en avaient la force et la possibilité, elles travaillaient aux champs, comme les hommes. Elles étaient un élément important dans l'économie familiale. On les a juste oubliées dans le récit de notre histoire sociale.
Oui, leur rôle a été minimisé dans notre histoire sociale.

Oui, elles étaient un élément vital de l'économie familiale (sinon les veufs ne se remarieraient pas aussi vite).

Mais elles ne travaillaient pas comme les hommes.

Elles participaient à la division sociale du travail où certaines activités étaient exercées par l'homme et d'autres par la femme.

Schématiquement, les "gros travaux" étaient le fait des hommes. Le ménage (et les repas en particulier), la basse-cour, le potager, la vente sur les marchés locaux leur incombaient. Certaines activité pouvaient être "mixtes".

Cordialement

jmff2
jmff2
Berichten: 3796
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
lyonnais92 schreef:
17 september 2019, 14:29
Oui, leur rôle a été minimisé dans notre histoire sociale.
Oui, elles étaient un élément vital de l'économie familiale (sinon les veufs ne se remarieraient pas aussi vite).
Mais elles ne travaillaient pas comme les hommes.
Elles participaient à la division sociale du travail où certaines activités étaient exercées par l'homme et d'autres par la femme.
Schématiquement, les "gros travaux" étaient le fait des hommes. Le ménage (et les repas en particulier), la basse-cour, le potager, la vente sur les marchés locaux leur incombaient. Certaines activité pouvaient être "mixtes".
Cordialement
Tout est dans le "comme". Ma vision n'est pas la même. Tant qu'une femme en avait la possibilité, elle travaillait comme un homme. que ce soit au champ ou + tard à l'usine. Je vous concède qu'elles ne descendaient pas dans les mines (mais peut-être y a-t'il des exemples où les femmes sont descendues dans les mines).

Cher @lyonnais92, il est très difficile de se débarrasser de l'image que nous a imposée "l'histoire" racontée au XIXème et XXème siècles. C'est si beau ... Mais ce n'est pas la réalité. La division sociale du travail (la femme à la maison et l'homme dehors) n'existait que le temps "des couches". Ensuite, retour à la normale.
Cordialement,

MF
----------------------------------------------------------
Arrêtez-vous un instant.
Ecoutez la marche du temps.
Charles Trénet
-----------------------------------------------------
Windows10, Chrome, Geneatique 2020

lyonnais92
male
Berichten: 2627
Stamboom : Grafisch
Stamboom bekijken
Re,
jmff2 schreef:
17 september 2019, 14:49
lyonnais92 schreef:
17 september 2019, 14:29
Oui, leur rôle a été minimisé dans notre histoire sociale.
Oui, elles étaient un élément vital de l'économie familiale (sinon les veufs ne se remarieraient pas aussi vite).
Mais elles ne travaillaient pas comme les hommes.
Elles participaient à la division sociale du travail où certaines activités étaient exercées par l'homme et d'autres par la femme.
Schématiquement, les "gros travaux" étaient le fait des hommes. Le ménage (et les repas en particulier), la basse-cour, le potager, la vente sur les marchés locaux leur incombaient. Certaines activité pouvaient être "mixtes".
Cordialement
Tout est dans le "comme". Ma vision n'est pas la même. Tant qu'une femme en avait la possibilité, elle travaillait comme un homme. que ce soit au champ ou + tard à l'usine. Je vous concède qu'elles ne descendaient pas dans les mines (mais peut-être y a-t'il des exemples où les femmes sont descendues dans les mines).

Cher @lyonnais92, il est très difficile de se débarrasser de l'image que nous a imposée "l'histoire" racontée au XIXème et XXème siècles. C'est si beau ... Mais ce n'est pas la réalité. La division sociale du travail (la femme à la maison et l'homme dehors) n'existait que le temps "des couches". Ensuite, retour à la normale.
désolé, je pense que c'est vous qui essayez de projeter dans les siècles antérieurs votre idéologie du XXI ème siècle.

Les siècles antérieurs avaient une division sexuée du travail.

Hommes et femmes n'exécutaient pas les mêmes travaux.

Mais les femmes n'étaient pas confinées à la maison.

C'était comme ça.

bricor
bricor
Modératrice bénévole
Berichten: 22203
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
lyonnais92 schreef:
17 september 2019, 15:02

désolé, je pense que c'est vous qui essayez de projeter dans les siècles antérieurs votre idéologie du XXI ème siècle.

Les siècles antérieurs avaient une division sexuée du travail.

Hommes et femmes n'exécutaient pas les mêmes travaux.

Mais les femmes n'étaient pas confinées à la maison.

C'était comme ça.
Non, les femmes ne faisaient rien, c'est évident, sauf s'occuper des enfants, un tous les 18 mois avec un peu de chance, l'allaitement, les langes et couches à laver, la cuisine, et puis le potager, les volailles, aider l'époux aux champs dans les récoltes....

Aux heures creuses elles pouvaient coudre, tricoter, filer la laine ou tisser.
Modératrice bénévole sans lien de subordination avec généanet.

Questions fréquentes
http://www.geneanet.org/forum/?topic=574496.0
________________________________________________________________
"A l'an que vèn, e se sian pas mai que siguen pas mens"

novice
female
Berichten: 934
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
jmff2 schreef:
17 september 2019, 14:49

Cher @lyonnais92, il est très difficile de se débarrasser de l'image que nous a imposée "l'histoire" racontée au XIXème et XXème siècles. C'est si beau ... Mais ce n'est pas la réalité. La division sociale du travail (la femme à la maison et l'homme dehors) n'existait que le temps "des couches". Ensuite, retour à la normale.
Le temps des couches mais quelle durée ?
Dans la famille de mon mari il se racontait que sa grand-mère avait accouché le matin et l'après-midi elle était aux champs (juin 1918)...
Début du 20ème, elle vivait avec sa mère veuve et elle était célibataire et dans cette famille il n'y avait pas d'hommes à la guerre.
Cordialement
Marcelle

novice
female
Berichten: 934
Stamboom : Niet grafisch
Stamboom bekijken
dbassanobarat schreef:
17 september 2019, 07:42
1-Je trouve en Vivarais au début des registres disponibles que les noms de famille sont féminisés, de même dans le sud du diocèse de Saint Flour, en Lozère...
Y-a-t-il d'autres région ou ceci est systématique?
Je ne pense pas que ce soit une caractéristique des parlers d'oc car je ne le trouve jamais en Gascogne (ceci dit il y a des linguistes qui pensent que le gascon n'est pas un sous-ensemble des langues d'oc, mais une langue à part...)

2- Toujours aux XVIIème et XVIIIème siècle le suffixe -esse semble avoir été très productif pour le féminin: mairesse, demanderesse etc... mais surtout j'ai trouvé confréresse (et pas consoeur) pour désigner les femmes, membres d'une confrérie religieuse.

Avez-vous d'autres exemples ?

Cordialement
Dominique
Je n'ai pas d'exemple et je suis étonnée de découvrir cette particularité.
Mes recherches en
- Gironde (Sud-Gironde limitrophe Landes et Lot et Garonne et rive droite de la Garonne)
- Lot ( limitrophe Dordogne et limitrophe Cantal et Corrèze )
- Cantal
- Puy de Dôme (où je fais de l'entraide depuis de nombreuses années)
je n'ai jamais croisé cette particularité
Cordialement
Marcelle

Plaats reactie

Terug naar “Le bistrot”